Accueil > Actualités > Séminaires

Pauvreté, vie chère et colères au Sahel… une sociologie historique de l’injuste

« Regards croisés », séminaire de l’IMAF-Aix, coordonné par Muriel Champy (Université d’Aix-Marseille) et Romain Tiquet (CNRS).
Voir le programme complet du séminaire.

Séance inaugurale, vendredi 8 octobre 2021
14h-17h
Campus Schuman​
Faculté des Arts, Lettres, Langues et Sciences humaines
Bâtiment Egger
salle D135
Aix-en-Provence

Vincent Bonnecase (CNRS, IMAF)
« Pauvreté, vie chère et colères au Sahel… une sociologie historique de l’injuste »

Ce que l’on ressent comme injuste dans un espace social donné, n’a rien d’objectif : autrement dit, il est important de questionner les ressorts subjectifs du sentiment d’injustice, et d’objectiver les cadres socialement et historiquement situés dans lesquels un tel sentiment se déploie. Ce questionnement pourrait, à rebours, servir de fil rouge aux recherches que je mène au Sahel depuis une quinzaine d’années. Mes premiers travaux ont porté sur la construction des savoirs sur la pauvreté dans les sociétés sahéliennes à la fin de la période coloniale et après les indépendances : l’enjeu principal consistait à comprendre comment ces sociétés avaient été progressivement associées à la grande pauvreté à travers les catégorisations officielles et les représentations communes, en interrogeant tout particulièrement le rôle des chiffres dans ce processus. Dans mes travaux ultérieurs, je me suis penché sur le ressenti de « vie chère » dans les villes contemporaines du Burkina Faso et du Niger. À partir d’une ethnographie de la colère ordinaire dans des quartiers populaires de Niamey, de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso, je me suis interrogé sur la place importante des prix dans l’expression quotidienne de ce qui n’est pas juste, en la liant à l’histoire des politiques sociales depuis la période coloniale, ainsi qu’aux compréhensions populaires de l’économie et du pouvoir en situation néolibérale. L’ensemble de ces recherche apportent ainsi un éclairage à ce que l’on peut appeler une sociologie historique de l’injuste dans l’espace sahélien.

Bibliographie indicative
- B. Alpha Gado, Une histoire des famines au Sahel. Étude des grandes crises alimentaires (XIXe-XXe siècles), Paris, L’Harmattan, 1993.
- V. Bonnecase, La pauvreté au Sahel. Du savoir colonial à la mesure
internationale
, Paris, Karthala, 2011.
- V. Bonnecase, « Le goût du riz. Une valeur sensorielle et politique au
Burkina Faso », Genèses, n° 104, 2016, p. 7-29.
- V. Bonnecase, Les prix de la colère. Une histoire de la vie chère au
Burkina Faso
, Paris, Éditions de l’EHESS, 2019.
- V. Bonnecase et L. Dakhli, « When “Adjusted” People Rebel :
Economic Liberalization and Social Revolts in Africa and the Middle East (1980s to the Present Day) », International Review of Social History, vol. 66, n° S29, 2021.
- A. Desrosières, L’argument statistique (vol. 1 « Pour une
sociologie historique de la quantification » ; vol. 2 « Gouverner par les
nombre »), Paris, Presses de l’École des mines, 2008.
- W. N. Espeland et Mitchell L. Stevens, « Commensuration as a social process », Annual Review of Sociology, 1998, n° 24, p. 313-343.
- E. Holt-Gimenez et R. Patel, Food Rebellions ! Crisis and the Hunger for Justice, Cape Town, Pambazuka Press, 2009.
- E. Thompson, Customs in Common : Studies in Traditional Popular Culture, New York, New Press, 1991.
- J. Walton et D. Seddon (éd.), Free markets and food riots : The Politics of global adjustment, Oxford, Blackwell, 1994.